Lachon Hara

Etude du Jour - Numéro 72

Qu’Hachem apporte la guérison à tous les malades d’Israël et protège tout son peuple de cette épidémie et envoie le Machiah

Il faut que ton intention soit constructive

Une personne n’a pas le droit de dire du
lachone hara sur quelqu’un qui lui a causé
personnellement du tort, même si elle raconte
la vérité et même si toutes les conditions
énumérées ci-dessus s’appliquent,
puisqu’assurément, son intention n’est pas
constructive.

A plus forte raison si cet autre ne lui a pas causé
de dommage mais a seulement refusé de lui
rendre service, par exemple de lui prêter de
l’argent, il est pour sûr interdit d’en faire part à
d’autres.

Et à fortiori est-il interdit de critiquer des
habitants d’une ville entière qui ne lui ont pas
rendu service ; ces propos seraient plus graves
encore.

Si ça peut lui être utile, c'est autorisé

Il sera autorisé à dire du lachone hara sur
une personne qui lui a causé personnellement
du tort, si cela peut lui être utile par la suite,
pour se protéger d’un dommage ou d’une
humiliation, et il se peut que ce soit autorisé
même pour apaiser son inquiétude, aux
conditions suivantes :

Qu’il constate la chose de lui-même.

Il est sûr d’avoir raison d’après la halakha.

Il est incapable d’en convaincre la personne en
question.

Tous ses propos seront véridiques et il
n’omettra pas de détails favorables à la
personne visée.

Son intention sera constructive.

Il ne peut atteindre ce but constructif par un
autre moyen ni en minimisant le préjudice.

Le dommage causé à la personne en question
ne sera pas plus important que celui prévu par
la halakha.

Pour L’élévation de l’âme de Hanna Lina Bat Lola Laure za’l

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur telegram