Lachon Hara

Etude du Jour - Numéro 70

Qu’Hachem apporte la guérison à tous les malades d’Israël et protège tout son peuple de cette épidémie et envoie le Machiah

Rapporter les faits - Suite

La permission de dire du lachone hara sur
celui qui cause du tort à son prochain est
valable seulement lorsque le locuteur a une
meilleure conduite que la personne en
question.

Cependant, s’il transgresse les mêmes péchés, il
lui est interdit de rapporter les mauvais actes de
cette personne, car il est évident que son
intention n’est pas constructive mais qu’il désire
la dénigrer.

Même lorsque son but est constructif, il a le
droit de rapporter les faits seulement si les
auditeurs pourront aider la personne qui a été
volée ou lésée, ou bien s’ils apprendront à s’
éloigner de personnes malveillantes, ou encore
si celui qui a fauté est susceptible de se corriger
lorsqu’il entendra que l’on blâme ses actes.

Autrement, il sera interdit de raconter les faits.

Une condition au préalable

En ce qui concerne celui qui rapporte qu’une personne particulière dit du Lachone Hara sur son prochain (X) et qui respecte les 7 conditions déjà rappelées, il faut également que l’offensé sache déjà que cette personne (X) a parlé sur lui, car autrement, il s’agit de Rékhilout et c’est interdit. S’il estime que cette personne publiera les faits et qu’il peut protéger l’offensé de tourments supplémentaires en prenant les devants et en faisant savoir que X dit du lachone hara sur Y et que ses propos ne sont pas exacts, il a le droit de raconter même si l’offensé ne sait pas que l’on a parlé sur lui.

Pour L’élévation de l’âme de Hanna Lina Bat Lola Laure za’l

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur telegram