ven 7 octobre 2022

Lachon Hara

Etude du Jour - Numéro 47

Qu’Hachem apporte la guérison à tous les malades d’Israël et protège tout son peuple de cette épidémie et envoie le Machiah

Il est interdit de dire du lachone hara aussi bien en cachette qu’en présence de la personne concernée.

Et parfois, dans ce dernier cas, le péché est encore plus grave car cela entraine dispute et humiliation. Il est parfois permis de dire des propos ambigus non nécessairement péjoratifs mais susceptibles d’être mal interprétés. S’il les formule de la même manière qu’il l’aurait fait si la personne visée était présente, cela prouve qu’il désire que ses propos soient interprétés de manière non péjorative et cela est par conséquent permis. Mais s’il s’exprime de manière péjorative, même si la personne visée est présente, c’est interdit.

Ça va! on rigole!

L’interdit de la médisance s’applique même dans le cadre de la plaisanterie, lorsque l’auteur n’est ni motivé par la haine ni le désir de dénigrer son prochain. Même s’il ne mentionne pas le nom de la personne en question mais y fait allusion et que l’auditeur comprend de qui il s’agit, c’est interdit. Et même si ses propos n’ont pas de caractère péjoratif mais qu’ils vont nuire à la personne concernée et que telle est l’intention de celui qui parle, c’est interdit. Il est interdit de dire du lachone hara ’en trompant’ : c’est-à-dire en racontant les faits en toute innocence, feignant de ne pas savoir qu’il s’agit de lachone hara, ou feignant de ne pas savoir qu’il s’agit des actions de cette personne. L’interdit de lachone hara s’applique même lorsque les propos ne causent aucun préjudice à la personne visée. Aussi, même s’il prévoit dès le départ que la personne visée ne subira pas de préjudice, est-il interdit de raconter.

Pour L’élévation de l’âme de Hanna Lina Bat Lola Laure za’l

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur telegram