mer 8 février 2023

Lachon Hara

Etude du Jour - Numéro 34

Qu’Hachem apporte la guérison à tous les malades d’Israël et protège tout son peuple de cette épidémie et envoie le Machiah

Pourquoi la Torah est-elle sévère en ce qui concerne les fautes liées au langage ?

Il semble que la raison pour laquelle la Torah se montre si sévère pour les fautes
liées au langage soit simplement qu’elles sont capables d’éveiller devant le
tribunal céleste de grandes accusations contre le peuple juif et par là, de
provoquer la mort de nombreuses personnes dans de nombreux pays.

Voici comment s’exprime le Zohar sur la Parachat Pékoudé (page 264, deuxième
colonne) : « … se tient un esprit préposé aux mauvaises langues, car lorsque les
hommes, ou même un seul homme, se mettent à proférer du Lachone Hara sur leur
prochain, alors s’éveille l’esprit mauvais et impur nommé « Sakhsouka » qui est
chargé de l’éveil du Lachone Hara que les hommes ont commencé à proférer, et
muni de cette force, il monte pour accuser, et par l’éveil du Lachone Hara,
provoque la mort, l’épée et le meurtre dans le monde.

Malheur aux hommes qui réveillent ce mauvais côté en ne gardant pas leur
bouche et leur langue et en ne craignant l’interdit de Lachone Hara et qui ne
savent pas qu’à l’éveil d’en bas correspond un éveil d’en haut, pour le bien
comme pour le mal. ».

On peut dire que c’est aussi le sens de la Guémara Erkhin (15,2) citée plus haut : «
Quiconque profère du Lachone Hara augmente les péchés jusqu’au ciel, puisqu’il
est dit (Téhilim 73,9) « ils ont placé leur bouche dans les cieux et leur langue
marche sur terre »
; ce qui signifie : bien que leur langue s’active en bas, leur
bouche trouve place dans le ciel. Le Tana Débé Eliahou explique que le Lachone
Hara que l’on profère monte jusqu’au trône céleste, et ceci nous permet
d’appréhender le pouvoir de destruction actionné par les diseurs de Lachone
Hara contre le peuple d’Israël.

Introduction au « ’Hafets ’Haïm »

La sévérité suite

Une autre raison qui explique la gravité des dégâts occasionnés par cette faute
est qu’en tenant des propos interdits, nous empêchons ensuite toutes les
saintes paroles que nous prononçons de monter au ciel.

Voici ce que dit le Zohar à ce sujet : « Et à cet esprit mauvais sont suspendus
plusieurs autres gardiens de justice, préposés à la garde du Lachone Hara et des
paroles sales que les hommes font sortir de leur bouche ; et lorsqu’ensuite ceux-ci
prononcent des paroles saintes de Torah ou de prière, alors les gardiens arrivent
et rendent impures les paroles saintes. Malheur à leur vie, malheur à eux !…
Malheur à eux dans ce monde ci, malheur à eux dans le monde futur ! Parce que
ces esprits impurs s’emparent des paroles impures et rendent impures les paroles
saintes desquelles ils font perdre à l’homme le mérite et – si l’on peut s’exprimer
ainsi – la force de sainteté en est affaiblie ».

Il semble donc bien, selon le Zohar, que toutes nos paroles de Torah et de
prières restent stationnées en l’air, dans l’impossibilité d’atteindre le ciel.

D’où viendra alors l’aide dont nous avons besoin pour, entre autres, obtenir la
venue du Machia’h ?

En approfondissons encore la question, nous trouvons en outre que non
seulement cette faute constitue une transgression, mais encore, qu’elle est un
facteur aggravant de la détérioration de tous les mondes, dont elle obscurcit la
lumière, car un grand nombre de personnes commettent cette infraction des
centaines de milliers de fois durant leur vie ; or, même une faute légère,
lorsqu’elle est répétée à de nombreuses reprises, devient comme les traits
d’une charrette, ainsi que le déclare le prophète Isaïe : « Malheur à ceux qui
attirent sur eux la faute avec de très fines cordes et le péché avec des (épais)
traits de charrette »
(Yéchayahou 5,1), comme des fils de soie que l’on replie sur
eux-mêmes des centaines de fois.

C’est à plus forte raison le cas pour ces très graves fautes liées à la parole,
qu’un grand nombre d’hommes transgressent extrêmement fréquemment
dans le cours de leur vie et desquelles ils ne prennent pas sur eux de s’écarter ;
bien sûr qu’alors, les dégâts provoqués dans les mondes supérieurs sont
innombrables.


Introduction au « ’Hafets ’Haïm »

Pour L’élévation de l’âme de Hanna Lina Bat Lola Laure za’l

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur telegram