ven 7 octobre 2022

Entre l'homme et son prochain

Etude du Jour - Numéro 31

Qu’Hachem apporte la guérison à tous les malades d’Israël et protège tout son peuple de cette épidémie et envoie le Machiah

La source de la Mitsva

La Torah nous enseigne : “Ne maudis pas un sourd” (Vayikra 19,14)

Pourquoi parle t-elle précisément d’un sourd ? N’est-il pas interdit de maudire tout membre du peuple juif ?

En choisissant cet exemple, le Torah nous apprend qu’il est interdit de maudire même le sourd, c’est à dire même celui qui n’entend pas les malédictions prononcées à son encontre et qui n’a donc aucune raison d’en souffrir. 

Et si maudire “le sourd” est interdit, à plus forte raison tout autre personne, même si les propos malfaisants ne sont pas prononcés en sa présence et qu’il n’en a pas connaissance.

Eclairage de la mitsva

Pour le Rambam : En interdisant à l’homme de maudire, on lui permet d’éviter la vengeance, et de s’éloigner de la colère.

Pour le sefer HaHinoukh : le fait même de maudire, de sortir du mal de sa bouche a un effet nuisible pour l’homme, au point que même les Nations du monde l’interdisent. 

Cette mitsva nous engage donc à ne causer aucun tort à autrui, pas même avec nos lèvres. 

Et il ajoute que par ce commandement, la Torah cherche aussi probablement à calmer les tensions et à apaiser les disputes.

Il est formellement interdit de maudire n’importe quel membre du peuple juif.

Si l’on évoque le nom de D.ieu ou sans le faire, il existe néanmoins différents niveaux de gravité.

Pour L’élévation de l’âme de Hanna Lina Bat Lola Laure za’l

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur telegram