Entre l'homme et son prochain

Etude du Jour - Numéro 25

Qu’Hachem apporte la guérison à tous les malades d’Israël et protège tout son peuple de cette épidémie et envoie le Machiah

Dans quel cas la vengeance est elle permise ?

La vengeance peut être autorisée dans un cas de persécution, dans le but d’éviter d’autres agressions. 

Il faudra veiller à ce que cette vengeance ne soit pas motivée par le mal subi, mais seulement par la volonté de se protéger de persécutions futures

Étant donné que cette permission repose sur de nombreux détails, et que le moindre changement de circonstances peut changer la Halakha, on ne pourra l’appliquer que sur l’autorisation d’une autorité compétente. 

Conditions à la vengeance utile

S’il est possible d’empêcher l’agresseur de continuer ses persécutions par d’autres moyens, par exemple, à l’aide de reproches ou de toute autre manière, la vengeance reste interdite. 

De plus, il faut avoir acquis la certitude que l’homme dont on veut se venger est bien l’auteur des persécutions, soit en l’ayant vu agir de ses propres yeux, soit par des preuves qui sont sans équivoques. 

Il faut également s’assurer que les attaques dont on est la victime sont considérées comme illégitimes aux yeux de la Torah. 

Enfin, même lorsqu’un acte de vengeance est autorisé, il faut prendre soin de n’accomplir que le strict nécessaire pour les besoins de la cause, et ne rien y ajouter de superflu.

“Quiconque se montre conciliant avec autrui, alors le Ciel se montrera conciliant envers ses fautes.”

Pour L’élévation de l’âme de Hanna Lina Bat Lola Laure za’l

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur telegram