L'homme et son prochain

Etude du Jour - Numéro 14

Qu’Hachem apporte la guérison à tous les malades d’Israël et protège tout son peuple de cette épidémie et envoie le Machiah

Risque de Lachone Hara sur soi même

Comme nous l’avons vu, la Torah nous interdit de dévoiler nos fautes passées. 

En revanche, il nous sera permis d’exprimer à autrui des points négatifs de notre personnalité, nos mauvaises midotes (nos défauts) par exemple, et cela n’est pas considéré comme du Lachon Hara.

Toutefois nos Sages nous enjoignent à toujours voir le positif, étant donné qu’une mauvaise perception de nous même nous empêchera d’avancer

Demander pardon n’est pas une mesure de piété !

C’est une mitsva, une obligation de présenter ses excuses à la personne à laquelle un préjudice moral, physique ou financier a été causé.

De la même façon que nous devons rembourser la personne volée, nous devrons demander pardon à la personne blessée.

Cette obligation est essentielle au peuple Juif et à la Torah ! 

La société moderne actuelle ne s’intéresse qu’à l’aspect matériel du litige, l’aspect humain, moral, est généralement ignoré.

Il est important de savoir que Yom Kippour n’expie que les fautes envers son prochain auquel on a demandé pardon !

De la même manière, quiconque doit de l’argent à son prochain ne se rend quitte de sa dette que lorsque cet argent a été restitué.

Pour L’élévation de l’âme de Hanna Lina Bat Lola Laure za’l

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur telegram