Ségoulot pour être jugé favorablement

Shalom Rav,

J’aurai une question…

Une personne que je connais est en prison malheureusement et j’aimerai savoir quels Téhilim elle doit lire pour être libérée rapidement…

Que puis je lui conseiller de faire pour obtenir un jugement favorable d’Hashem, lors de son prochain verdict au tribunal ?
Il y aurait il peut-être une ségoula spéciale pour ce type de problème ?

Merci beaucoup

Réponse du Rav Ron Chaya :

Chalom,

Voici quelques ségoulot pour se préparer à une confrontation ; il y a 6 points à suivre :

  1. Avant la confrontation, dire 17 fois « Amtelaï bat Karnevo » ;
  2. Pendant le jugement, il faut lire les versets 8 à 10 dans le Téhilim 19 qui comportent en tout 30 mots, que l’on peut répartir en 6 séries de 5 mots.
    Dans ces 6 séries, le deuxième mot est toujours le nom de D.ieu.Quand on commence à lire les 5 premiers mots du verset 8 :

    • Quand on dira le premier mot (Torah), on touchera le pouce de la main droite avec l’index de la main gauche,
    • Puis on touchera l’index de la main droite (toujours avec l’index de la main gauche) en prononçant le mot Hachem,
    • Puis on touchera le majeur pour le mot Témima,
    • Puis l’annulaire pour le mot Méchivat,
    • Et enfin l’auriculaire pour le mot Nafèch.

    On commencera ensuite la deuxième série de 5 mots en procédant de la même manière,
    et ainsi pour les 6 séries de 5 mots.
    Donc à chaque fois qu’on prononcera le nom de D.ieu, on touchera (avec l’index de la main gauche) l’index de la main droite.

    Après avoir terminé cette lecture, on montrera du doigt (l’index de la main droite) la personne avec qui on est en conflit, en l’occurrence le juge ou le procureur (ou même les deux en refaisant toute la lecture pour chacun d’eux), et normalement cette Ségoula aide à ce qu’ils ne puissent pas nous nuire.

    Si une chose n’est pas claire, n’hésite pas à me réécrire.

  3. Prier très fort dès maintenant que tout se passe pour le mieux ;
  4. S’en remettre complètement à Hachem, et savoir que quel que soit l’issue de cette confrontation, elle ne sera que le résultat de la décision d’Hachem :
    Dans cette mesure, on n’a pas peur de son interlocuteur, et on reste confiant en Hachem, car même si, ‘has vé-Chalom, la confrontation s’achève de façon mauvaise pour toi, c’est néanmoins la meilleure des choses puisqu’Hachem en a décidé ainsi ;
  5. Durant la confrontation, être le plus Emet possible ;
  6. Donner de la tsédaka.

Au revoir,
Rav Ron Chaya

Agav

A voir aussi, des liens vers d’autres ségoulot utiles :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici